Icônes sociaux

Accès aux services d’orientation de carrière et d’emploi : un Canadien sur deux auraient aimé obtenir plus de conseils en développement de carrière

Selon un récent sondage mené par l’Institut canadien d’éducation et de recherche en orientation (CERIC), la moitié des Canadiens n’ayant pas reçu de services d’orientation professionnelle affirment que, si c’était à refaire, ils feraient assurément appel à un spécialiste en emploi et en développement de carrière. Et ils sont nombreux à ne pas avoir eu recours à des services de ce genre, soit près de 55 %.

Les résultats à l’échelle québécoise ne sont guère plus élevés. Seule la moitié (49 %) des Québécois auraient obtenu des services d’orientation professionnelle, un taux assez bas sachant la place primordiale qu’occupe le travail dans nos vies.

Mais pour quelles raisons les Canadiens ne consultent-ils pas un professionnel en orientation ou en développement de carrière?  Les principaux motifs évoqués dans le sondage sont le sentiment de ne pas en avoir besoin et le manque de connaissances des différents services offerts, notamment dans le secteur communautaire. Pourtant, le sondage, mené auprès de 1 500 hommes et femmes de 18 ans et plus, nous révèle que les personnes ayant déclaré occuper ou avoir occupé un emploi et ayant eu recours à l’aide d’un conseiller en emploi ou en orientation soutiennent que les services les plus efficaces seraient offerts dans les centres d’emploi communautaires (83 %). Cette donnée permet au RQuODE de croire qu’il est nécessaire que les Québécois(es) aient plus d’information et un meilleur accès aux services publics d’emploi et aux organismes en employabilité, afin d’assurer leur orientation professionnelle et le développement de leurs compétences.

Vous souhaitez en savoir plus sur les résultats de ce sondage? Le RQuODE vous invite à consulter le résumé infographique  créé par le CERIC ou le rapport intégral de l’enquête offert en anglais seulement.